Café économique : le graph du jour…

Les graphiques du jour portent sur les inégalités de pauvreté entre les hommes et les femmes. Ca m’amène à créer une nouvelle rubrique : inégalités de genre.

Les deux premiers graphiques portent sur les seuils de pauvreté. Le « taux de pauvreté » est mesuré par le rapport entre le nombre de pauvres et la population de la classe d’âge correspondante.

Un individu est considéré comme pauvre lorsqu’il vit dans un ménage dont le niveau de vie est inférieur au « seuil de pauvreté ». Pour l’INSEE, ce seuil de pauvreté est fixé à 50 % en dessous du niveau de vie médian alors que pour Eurostat, il est fixé à 60 % du niveau de vie médian. Le niveau de vie médian est celui pour lequel 50 % de la population a un niveau de vie inférieur et 50 % un niveau de vie supérieur.

Quelles que soient les classes d’âge, il y a plus de femmes pauvres que d’hommes, sauf selon le critère de l’INSEE pour les 55 à 64 ans. Pourquoi y a-t-il plus de femmes pauvres que d’hommes ? Pourquoi l’INSEE retient-il un critère plus strict en terme de pourcentage de pauvres, mais pas forcément en terme d’écart ?

Ainsi, le taux de pauvreté chez les personnes âgées est moins fort que chez les jeunes. Mais les inégalités entre les hommes et les femmes peuvent être plus marqués. L’inégalité entre les hommes et les femmes est particulièrement marquée chez les plus de 75 ans. Selon le critère des 60 %, le taux de pauvreté des femmes est 1,3 fois supérieur à celui des hommes, contre 1,9 avec le critère des 50 %.

Afin de compléter les inégalités de revenus chez les personnes âgées, le graphique 3 montre le nombre de trimestres moyens de cotisation selon les genres et le graphique 4, le montant moyen de retraite globale.

(cliquer sur les graphs pour les agrandir)

Graph 1 : Taux de personnes vivant au dessous du seuil de pauvreté de 60 % (en %)

retraites-16-03-07.jpg

Graph 2 : Taux de personnes vivant au dessous du seuil de pauvreté de 50 % (en %)

graph-retraites-16-03-07b.jpg

Graph 3 : Nombre moyen de trimestre de cotisation par genre

graph-retraites-16-03-07c.jpg

Graph 4 : Montant moyen de la retraite globale (en euros)

graph-retraites-16-03-07e.jpg

Notes : Les données utilisées pour construire les graphiques proviennent de l’INSEE. Pour les graphiques 3 et 4, les données ne tiennent compte que des personnes percevant leur propre retraite (les retraités ne percevant qu’une pension de réversion sont exclus). Pour plus de détails : nombre et taux de personnes vivant sous le seuil de pauvreté selon leur âge et données sur les revenus et les retraites.

3 commentaires pour Café économique : le graph du jour…

  1. eco no myth dit :

    Les chiffres annoncés (1,3 ou 1,9), c’est la moyenne nationale où c’est pour les plus de 75 ans?

    Par ailleurs, petit effet standard en queue d’échantillon de population. Les hommes vivent moins longtemps, et les hommes aisés vivent plus longtemps (je n’insiste pas ici sur ce point), donc au-delà de 75 ans, tu as plus de chance qu’il reste des vieux hommes aisés (vivants) que l’inverse. Cet effet existe bien entendu aussi pour les femmes, mais il arrive plus tard. Mais à chaque tranche d’âge donnée, au-delà de 75 ans, il n’est pas surprenant de trouver des hommes plus riche que les femmes (par rapport au reste de l’échantillon j’entends).

    Aussi, quelle est l’analyse de la tranche 55-64,la seule où les femmes sont relativement plus riches?

  2. laurentsoulat dit :

    @eco no myth : intéressantes remarques !

    Les écarts portent sur les plus de 75 ans, c’est vrai que ma phrase n’est pas forcément claire !

    Tu soulignes bien là les problèmes que posent les interprétations de moyennes : celles-ci sont sensibles aux populations sur lesquelles reposent les calculs. Dans le même ordre d’idée, les différences d’espérance de vie entre les hommes et les femmes conduisent à une contradiction : au moment du départ en retraite, une femme a en moyenne une espérance de gain (somme des revenus ramenés à une valeur présente) quasiment identique à celle des hommes. Si je me souviens bien, elle est même légèrement supérieure !
    Ainsi, si une femme perçoit une retraite inférieure, elle la perçoit plus longtemps. En retour, les femmes sont beaucoup plus exposées à la pauvreté que les hommes.
    A savoir si l’actualisation des flus de pension a vraiment un sens ? Sur le plan comptable, ça correspond à regarder les cotisations passées et les revenus de retraite futurs. Mais ne sort-on pas des mécanismes de solidarité intergénérationnelle où les actifs payent pour les retraités ?

    Concernant la tranche des 55-64 ans, je ne sais pas ??? Même pour cette classe d’âge, les femmes sont plus exposées que les hommes au chômage : en janvier 2007, pour les 50 ans et plus, 5,6 % pour les hommes contre 5,9 % pour les femmes selon l’INSEE.

  3. […] Les différences de durée de cotisation entre les hommes et les femmes sont importantes (voir le graphique 3 de l’article précédent) : en moyenne, 169 trimestres (soit plus de 42 ans) pour les hommes, contre 119 trimestres (soit […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :