Café économique : paru sur d’autres blogs…

Aujourd’hui, petite pause dans les programmes des candidats, suite à la lecture d’un article qui m’a conduit à quelques questionnements !

La remise à plat du système des retraites est-elle si simple ? Est-il possible de mener à bien une réforme globale des retraites ?

N’est-il pas plus tentant pour un politique d’éviter le débat et les risques de mobilisation sociale en faisant passer des réformettes à la marge : allongement de la durée de cotisation, taux de cotisation… ?

Est-ce que l’espérance de vie doit seule refléter la pénibilité ? Dans ce cas, les femmes devraient-elles travailler plus longtemps que les hommes ?

Le progrès d’une société ne serait-il pas d’avoir une vie après la vie active ?

Voici un extrait de cet article de Guy Laroque (directeur du laboratoire de macroéconomie du CREST) paru sur le blog Telos en février 2007 : « retraites : il faut distinguer assurance et redistribution« .

« L’ »assurance vieillesse », au sens étroit du terme, couvre le risque de ne plus être en mesure de subvenir à ses besoins en raison de l’âge. Notre régime de retraite remplit cette fonction d’assurance, mais s’accompagne en outre de transferts de grande ampleur, qui ne sont pas explicites et fort peu transparents. Entre générations, et l’on sait que c’est l’un des enjeux du débat aujourd’hui. Mais aussi à l’intérieur d’une génération, car les bénéficiaires sont ceux qui vivent le plus longtemps : les femmes, dont l’espérance de vie à la naissance dépasse de sept ans celle des hommes, les personnes qui travaillent dans des professions sédentaires au détriment de celles qui ont une vie professionnelle épuisante. On sait ainsi qu’il existe une différence de huit ans entre l’espérance de vie d’un cadre et d’un ouvrier à l’âge de 60 ans.La profondeur de ces inégalités, l’ampleur de ces transferts appellent une remise à plat du système, qui devrait viser plus loin que l’équilibre des comptes qui motivait la réforme de 2003. »

4 commentaires pour Café économique : paru sur d’autres blogs…

  1. ecoson dit :

    Tu veux faire payer les femmes pour la retraite des hommes!🙂 En tant que mâle ca me plaît!! vive le conservatisme new age!!! elles ne travaillaient pas, maintenant elles travaillent…qu’elles payent! lol
    Plus sérieusement, je ne vois pas de propositions…et pire je cite « passer des réformettes à la marge : allongement de la durée de cotisation, taux de cautisation » est ce vraiment de la réformette?? pas évident, j’attends un argument économique comme justification improbable…c’est justemement le problème : quel son les taux, pour qui, pendant combien de temps? si tu as une autre réponse je suis tout ouïe

  2. ecoson dit :

    2nd
    je cite « le progrès d’une societé ne serait-il pas d’avoir une vie après la vie active? »
    franchement, moi je suis pour mais après…tu vois la question, quand s’arrête la vie active?…et sincèrement, la première question (primordiale bien que non suffisante je te l’accorde) n’est elle pas : comment avoir une vie pendant la vie active (i.e condition de travail etc…)?

  3. laurentsoulat dit :

    Bonjour fils d’économiste ! Effectivement, la question peut également être comment concilier vie personnelle et vie active… C’est pas toujours si simple

    Et je ne suis pas sûr que l’approche économique de l’arbitrage entre travail et loisir soit totalement pertinente, parce qu’elle suppose qu’on puisse vraiment choisir de moins travailler et de disposer de plus de temps en renonçant à du revenu et inversement travailler plus pour gagner plus ! Il est nécessaire de tenir compte du pouvoir de négociation de l’employeur et de l’employé dans un contexte de chômage.

    Quant à faire bosser les femmes pour payer les retraites des hommes, monsieur vous êtes un phacochère ! Pourquoi pas envoyer Cosette chercher de l’eau au puit, Thénardier😉

  4. […] – Le problème de la pénibilité du travail, réglée avec 30 ans de retard par les retraites, implique le problème du temps de retraite auquel nous avons droit. Cela étant à mettre dans le même panier que les inégalités hommes-femmes: l’espérance de vie n’est pas prise en compte dans les retraites. Or nous savons que les femmes vivent plus longtemps, tout comme nous savons que certaines catégories professionnelles vivent également plus longtemps. Dès lors, ne faudrait-il pas modifier le système de cotisation, plutôt que d’avancer l’âge de la retraite. C’est-à-dire, plutôt que de compenser les personnes pour la pénibilité de leur travail en leur proposant une retraite plus tôt, les faire cotiser moins, sachant qu’ils la percevront moins longtemps. Jean-Louis nous signale des cas du mutuelles associées à certaines professions qui fonctionnent très bien car elles tiennent compte de la nature précise des cotisants. Ce point de vue peut paraître cynique mais représente tout de même une solution, pour un débat autour de cela je vous revoie à un autre post sur ce blog que vous trouverez ici. […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :