Café économique : paru sur d’autres blogs…

Suite à un commentaire sur la confiscation de la décision politique par des spécialistes, voici un article sur le site de l’OpesC sur « la fin du politique ? »

Je me permets de reprendre le résumé qu’en a fait Charlie :

Lu sur le site de OpesC, l’Observatoire politico-économique des structure du capitalisme, ce texte, un peu long pour un blog, présenté ci-dessous de façon tronqué. C’est un texte intéressant, qui remet en cause la primauté de l’économique sur le politique.

Cette question est à relier avec le débat sur la dette : ce n’est pas le problème central de notre économie. Il y a de l’argent dans les caisses de l’Etat. C’est avant tout un problème politique d’allocation du budget.

« (…) L’ordre économique gouverne désormais l’ensemble de la société, à commencer par le personnel politique qui déclare comme un seul homme qu’il n’y a point de salut en dehors d’une rationalité tournée vers la création de valeur et la croissance. L’Etat doit se réformer: réduire sa dette et produire des externalités positives envers non pas le citoyen mais le consommateur de biens publics. De là l’impossibilité même de tout discours politique, c’est-à-dire d’orientations de l’activité et des ressources économiques en fonction de choix de vie sociétale.

(…) L’ordre politique a nécessairement pour objectif ultime le maintien de l’ordre social, sans quoi il explose. Cela ne veut pas dire qu’il est dépourvu de rationalité économique, mais que toute visée économique est au service d’un ordre social. C’est pourquoi l’équilibre des comptes de tout Etat moderne n’a jamais été, sauf jusqu’à ces dernières années, un but en soi.

L’ordre économique est lui aussi soumis à la nécessité, mais celle-ci consiste à créer de la valeur. (…) Avec l’inversion du rapport de force entre ordre politique et ordre économique, les hommes politiques sont désormais incapables de proposer des choix sociétaux autonomes. Tout choix possible étant un avatar de l’organisation sociale exigée par l’ordre économique. Or, pour celui-ci, l’ordre social est au mieux un moyen au pire un fardeau. Il est par nature ségrégationniste : les individus qui génèrent de la valeur (économique) et ceux qui n’en génèrent pas.

(…) De fait, l’expertise nécessaire pour manipuler, ne serait-ce que les concepts de base de l’économie, tend à renvoyer toute prise de parole autorisée en la matière aux experts reconnus (économistes) et aux praticiens (chefs d’entreprises). Ce faisant, le débat politique sur l’économie se trouve confisqué par ceux-là même qui promeuvent la supériorité de l’ordre économique sur l’ordre politique, au point que le discours politique autonome devient doublement impossible.

Est-ce la fin du politique ? C’est certainement, en tout cas, la remise en cause d’une vision politique où l’impératif du vivre ensemble primait sur celui de survivre les uns contre les autres. Tocqueville l’avait prédit, l’individualisme serait le fossoyeur de la démocratie et la source de tous les totalitarismes. »

2 commentaires pour Café économique : paru sur d’autres blogs…

  1. charlie dit :

    Bon, allez vous parler avec Versac, qui vient d’ouvrir un blog sur… les retraites !
    C’est là : http://retraites2007.typepad.com/retraites2007/

    Faisez du lien, faisez du lien…

  2. Robert dit :

    Bonjour Charlie,
    je viens juste de voir ! Merci pour l’info.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :